La vie est un jeu, simplifions-le! !

Dans le jeu de la vie, nous avons énormément de pouvoir. Seulement, nous l’avons oublié en entrant en incarnation. Reconnaître les règles du jeu, c’est reprendre notre pouvoir et redécouvrir notre grandeur d’être infini et créateur.

Notre seule véritable mission de vie, c’est de redécouvrir notre grandeur et de nous aimer inconditionnellement. Pour y arriver, cela implique de lâcher toute croyance limitante, y compris sur la spiritualité.

Lever le voile de l’incarnation

La Mâyâ, c’est l’illusion d’un monde physique que notre conscience considère comme la réalité. Nous arrivons sur Terre, en ne nous souvenant plus de qui nous sommes: des êtres multidimensionnels.

Le jeu est biaisé par de fausses conceptions apprises dès le plus jeune âge. Nous avons été formatés par le monde extérieur, à nous soumettre, à nous conformer, à être comme, à ne pas déranger. C’est l’antithèse de ce que nous sommes: des êtres de communication, d’échanges, d’expansion et d’ouverture. C’est comme si le monde dans lequel on arrive nous réduisait à notre plus simple expression.

Les règles du jeu, c’est de comprendre que ce n’est pas comme cela que ça marche. D’un côté il y a la réalité, ce que nous croyons être par notre champ de perception extrêmement réduit. De l’autre, la vraie réalité c’est que nous sommes des êtres infinis, extrêmement puissants.

Sortir de notre petitesse

Nous ne sommes pas venus en incarnation pour apprendre, mais pour nous souvenir. Nous ne sommes pas venus grandir, juste prendre de l’expansion. Ce n’est pas la même chose pour moi. Cela implique de sortir de tous ces concepts limitants que nous nous sommes imposés, que la vie et les grands courants spirituels nous ont imposés. En y regardant bien, ce qui est associé aux croyances du Nouvel-Âge est presque le copier-coller de grandes religions avec les saints, les archanges. Selon moi, c’est un système de croyances qui ne fait que nous limiter et nous enfermer.

Si le pion est mu par un maître ou un dieu, nous restons des pions. Le regard change en réalisant que nous sommes des êtres multidimensionnels. Nous avons le plein pouvoir de manifester notre vie. Nous vivons dans de la plasticine cosmique [NDLR: pâte à modeler en France]. C’est à nous de modeler la vie comme nous la souhaitons.

Cesser l’autosabotage

Le jeu s’ouvre dès que l’on se libère de nos fausses croyances, de la fatalité, de nos blessures, de nos masques, et de nos maladies. Nous nous autosabotons en leur donnant de la réalité et de la force. Pour sortir de nos limites, il faut les conscientiser. Nous pouvons parler, sans trop s’y arrêter, de notre enfant intérieur, de certains traumas ou pensées répétitives. Une fois que ces faux programmes ont été identifiés, le but est de se désidentifier le plus rapidement possible. En effet, si l’on croit que l’on porte ces programmes, ils vont nous modeler.

S’aimer inconditionnellement

La seule mission de vie que nous ayons, c’est de nous aimer inconditionnellement. C’est vers le chemin de l’amour intérieur que l’on rencontre l’acceptation. C’est à ce moment-là que nous allons pouvoir reconnaître notre grandeur.

Nous sommes des êtres multidimensionnels, de puissants créateurs. Pour toucher cela, il faut revenir à l’intérieur de soi et se dire: « Ce que je suis est magnifique et grandiose ». « Je m’accepte tel(le) que je suis ». Là, on vient d’allumer le feu de notre grand être et de dissoudre tous les obstacles.

Quand on s’aime, on se montre dans notre vulnérabilité, on s’ouvre davantage et on arrive de plus en plus à connecter à notre grande puissance. J’aime me répéter cette phrase pour contrer l’inversion psychologique : « Je choisis de m’aimer totalement et profondément ».

Prendre soin de son taux vibratoire

Nous sommes maîtres de nos fréquences, de notre taux vibratoire. Plus nous mettons notre attention sur le beau, le grand, le facile, plus notre taux monte. C’est là que la magie arrive. La vie nous répond alors par de belles rencontres de gens sur notre fréquence, par des synchronicités, des cadeaux. Cela fait aussi partie du jeu.

Ce que nous sommes, ce que nous vibrons est automatiquement manifesté dans notre vie. Choisissons donc avec soin où mettre notre attention. Lorsque nous faisons de grandes montées vibratoires, nous éveillons immanquablement la force contraire. C’est comme le yin et yang de la même polarité. Il est donc important de les mettre au point zéro pour éviter le retour en arrière et garder notre centration. Personnellement, je mets mes joies, mes peines au point zéro.

En fait, le point zéro, c’est comme une ampoule au plafond : il y a un fil positif, un fil négatif et la mise à la terre. Si on ne branche que le fil positif, car on fait de la pensée positive, cela ne fonctionne pas. C’est la même chose pour notre propre lumière. 

Voici quelques exemples d’intentions au point zéro : « Même si je suis en grande joie et en grande expansion, j’accepte que tout ne soit pas parfait ».

« Je choisis de vivre beaucoup d’expansion amoureuse même si je ne crois pas que ce soit facile de rencontrer un homme qui me convienne ».

En conclusion

Dans le fond, simplifier le jeu, c’est s’aimer, se connaître, prendre du temps avec soi, s’accompagner avec douceur et gentillesse. C’est reconnaître et honorer le fait que nous sommes de puissants créateurs, 100 % responsables de notre vie. C’est réaliser que le plus grand qui nous répond, c’est simplement nous, à un autre niveau.

Comprendre les règles du jeu, c’est arrêter de lutter et d’amplifier, se ramener dans l’ici et maintenant. Sortons de la pièce de théâtre de notre vie et réalisons qu’il n’y a rien de grave. C’est juste un jeu, une expérience.

La balle est dans votre camp. Êtes-vous prêt à jouer ?

Les journées S’Élever ensemble sont de retour. La prochaine sera le samedi 2 mai à Montréal. Le thème : L’Amour de Soi 🙂 !

Venez danser avec nous vers cet Amour de Soi qui est le réel moteur de nos vies !

Pour plus de détails, cliquez-ici !


Louisane

Aucun commentaire

    Laisser un commentaire