Le sens de la relation à notre père

Le père est, dans un premier temps, notre géniteur. C’est lui qui nous transmet les chromosomes qui font que nous sommes un homme ou une femme. La mère est la gardienne du territoire intérieur. Le père influence, sécurise et protège le territoire extérieur.

Quand un père remplit son archétype, il apporte à l’enfant le sentiment d’être protégé dans son territoire et le monde extérieur, le sentiment de limites et d’exploration.

Alors, comment s’élever et se dépasser lorsque notre père n’a pas joué son rôle?

La mère, influe principalement sur notre monde intérieur, le réconfort, l’amour, la nourriture, la chaleur à l’intérieur. Souvent dans nos sociétés on ne comprend pas trop le rôle de l’un et de l’autre et on mélange tout. Nous demandons à notre père qu’il soit plein d’amour, qu’il nous dise qu’il nous aime. C’est bon, c’est juste et ça fait du bien. Pourtant sa vraie fonction, dans les grands archétypes, est de nous aider à nous sentir en sécurité, à avoir confiance en lui comme un pilier, donc en nous, et à nous enseigner à naviguer dans le monde extérieur.

Se libérer de nos attentes

Parfois, souvent… nos pères n’ont pu jouer leurs rôles. Ils ont eu l’éducation de leurs propres pères. Ils ont eu l’influence de leur milieu et de la place donné aux hommes dans ce milieu. Nous n’avons pas de jugement à porter. Nos pères ne sont que la somme de ce qu’ils ont reçus. La première chose à faire pour libérer et guérir cette blessure, c’est de l’accepter totalement et comprendre que nos pères ont fait du mieux qu’ils ont pu. Ils ont été souvent absents, car émotivement pas nourris pour être autre chose. Ou ils ont été trop rigides car c’est ce qu’on attendait d’eux… Qu’ils fassent la discipline, tranchent et sévissent.

Comment réparer?

Devenir un adulte, c’est devenir le père et la mère idéaux dans nos polarités yin-yang intérieures. C’est nous unir dans nos propres polarités à nous. Il y a donc un deuil, une acceptation à faire des parents que nous n’avons pas eu. En arrêtant de nous accrocher désespérément à nos attentes envers eux, nous nous affranchissons et nous libérons. Nous retrouvons notre pouvoir.

Accueillir nos pères

Accueillir ce que notre père a été totalement, c’est aussi libérer les mémoires transgénérationnelles. Depuis quelques générations, nos pères étaient des êtres castrés dans leur masculin. Ils étaient soumis à toutes sortes d’épreuves, de pressions de la société, de la religion ici au Québec. Ils ne pouvaient donner le meilleur d’eux-mêmes. Les pères que nous avons eu étaient pour la plupart de grands blessés, de grands contrits de ne pas pouvoir être ce qu’ils voulaient, écrasés par le pouvoir des responsabilités.

Pour devenir des adultes à part entière, se guérir nous-mêmes ainsi que les prochaines générations, nous devons, dans notre enfant intérieur, accueillir ce qui a été. Embrasser nos pères tels qu’ils ont été en réalisant qu’ils n’ont été que la représentation du bagage qu’ils portaient eux-mêmes, soit transgénérationnel soit au niveau de l’âme. C’est de notre responsabilité de ne pas léguer cela à nos enfants et à ceux qui viendront après.

Nos pères, nous les avons choisis

Nos âmes choisissent leurs parents par affinité électromagnétiques et vibratoires, en fonction de que qu’elles viennent apprendre sur Terre. Nos pères et nos mères sont parfaits pour nous rappeler ce que nous sommes venus expérimenter, comprendre, libérer. Donc si l’âme est un peu frileuse, elle peut se choisir un père qui ne va pas l’aider à prendre de l’expansion. Sa mission sera ainsi de se donner elle-même l’expansion dont elle a besoin.

Ce que j’ai vécu avec mon père m’a permis de devenir à 100% la femme que je suis. J’ai dû vivre et installer dans ma vie des grands et profonds dépassements, de ma souffrance, de mon égo, de mon corps de souffrance pour être capable de recréer le lien avec lui. Ce fut pour moi une profonde réalisation. J’ai pu vivre, réellement, les enseignements de bienveillance et d’accueil, qui me sont si chers.

Pas plus tard que cette année, j’ai vécu un très grand défi en faisant face à mes peurs du monde extérieur. Pour moi, partir en voyage, c’est un grand saut dans le vide. Je suis sortie de mes limites, j’ai exploré mon territoire en voyageant dans plusieurs pays européens, pour la première fois depuis 30 ans. Durant mon séjour, je me suis électrocutée dans ma chambre d’hôtel. J’ai du me rendre à l’hôpital.

Je suis encore à transmuter toute la symbolique de cette électrocution. Je suis en processus. J’ai vécu l’expérience en conscience car je savais que l’électricité représente l’énergie du père. Je deviens mon père et ma protectrice. C’est une grande étape de reprise de pouvoir.

Et vous, quels sont les signes de la vie qui vous invitent à libérer les blessures avec votre père? Et quelles sont les attitudes qui seraient les plus libératrices et profondément libératrice, face à lui? Partagez, vous pourriez en inspirer plusieurs!

Outils pour devenir notre père intérieur idéal

Maintenant que vous pouvez marcher le chemin de l’acceptation du rôle de votre père et réaliser qu’il était le porteur de la protection et de l’exploration sécuritaire du monde extérieur, que pouvez-vous faire pour vous accompagner? Voici 3 outils:

1. Travailler avec votre enfant intérieur. Je vous invite à découvrir ou redécouvrir la vidéo « Comment libérer son enfant intérieur » sur ma chaîne YouTube. Il s’agit d’un grand outil de libération.

2. Faire de l’EFT. Si vous avez des blessures actives ou émotionnelles avec votre père, vous pouvez utiliser la technique de libération des émotions expliquée dans cette vidéo. Cela va défaire les courts circuits et les engrammes dans le système limbique. Toutes les charges émotionnelles que nous vivons, toutes nos mémoires, ne sont que l’expression d’une expérience ou d’un lâcher-prise à installer. La vie n’est là que pour nous montrer où nous devons lâcher, couler, se dépasser. À ce moment-là, les protagonistes de notre pièce de théâtre ne deviennent plus des coupables. Nous sortons de la victime et entrons dans une danse d’expansion et de conscience. Voyez-vous la différence?

3. Couper symboliquement les liens énergétiques. Tenez-vous debout et demandez à ce que ce lien un peu dysfonctionnel soit dégagé. Remettez à votre père sa liberté. Reconnaissez-le pour ce qu’il a été, du mieux qu’il a pu. Reprenez votre liberté en devenant désormais votre propre père, votre propre archétype masculin, en vous donnant des limites et la protection dans le monde extérieur. Puis terminez par un geste de coupure avec les mains ou délier quelque chose, comme un nœud.

Alors, n’attendez plus, changez de regard, accompagnez-vous, libérez-vous!

11 commentaires

  • Carole Labbé
    3 septembre 2019 Répondre

    Merci Louisane, ce texte m a bien guider ce matin.En suivant tes conseils, j'espère pouvoir avancer sur la route de mon évolution.
    Bonne journée.

  • Lilianne Michaud
    3 septembre 2019 Répondre

    J'ai suivi tes lives sur ce sujet et j'ai bien aimé. ❤️

  • Caroline
    3 septembre 2019 Répondre

    Tellement approprié. Tellement au bon moment qu’on dirait que ce fut écrit pour moi. Je suis allée aider mes parents à vider leur maison ( encombrée lourde et que j’ai fui toute ma vie). Mon père qui était plein d’emotions Est devenu depuis un an une momie ambulante neutralisée par je ne sais quelle pullules ni pour quels problèmes. C’est plus mon père. C est un enfant. J’ai pleuré et je pleure encore. C’etait Un méchant défi de processus de libération cette aide que j’ai apporté ce week-end.

  • Chantal
    3 septembre 2019 Répondre

    Grand merci Louisane pour ce texte si éclairant et inspirant... Je réalise que j'ai moi aussi accepté et accueilli le père absent que j'ai eu. Relation que j'ai reproduite ensuite avec mon conjoint car pas guérie... Mon défi à moi pour faire face à mes peurs extérieurs a été de partir après plus de 35 ans de vie commune pour me prouver que je pouvais très bien assumé ce rôle pour moi-même, ca été très libérateur... une renaissance... ca ma permis de revenir dans cette relation sur d'autres bases et de pouvoir aussi accueillir mon conjoint pour ce qu'il est et non pour répondre à mes besoins... Bien que mon père lui soit partie très tôt, j'avais 17ans, je me sens en paix avec lui et moi...

  • Louise Laplante
    3 septembre 2019 Répondre

    Excellent article. 100% d'accord! Bravo!

    • Quintessence Santé
      3 septembre 2019 Répondre

      Merci beaucoup Louise :)

  • Lise Rouleau
    3 septembre 2019 Répondre

    Merci encore Louisane, de cet article qui vient de sonner des cloches de compréhension dans mon esprit! Vous venez sûrement de me donner les réponses que je cherche depuis 10 ans. Que veut dire l'absence de mon père! Pourquoi cela fait si mal de découvrir que son passage dans ma vie a été de courte durée, même si il est décédé que depuis 10 ans! Maintenant, c'est plus clair dans mon esprit de ce que je dois comprendre a apprendre pouruqoi il a créé tant de carence dans ma vie! Maintenant, je vais pouvoir enfin me libérer de ces manques de sa présence et de son affection! Merci encore Louisane et toute ma gratitude de m'avoir fait comprendre quel était les buts de sa présence dans mon plan de vie! CAD souvent absent!

  • Jacinthe Mercure
    3 septembre 2019 Répondre

    J'ai fait ce matin la paix avec un collègue masculin sur un événement passé en pardonnant, tout en exprimant la facon dont j'ai recu ses paroles afin que cet événement soit dernière nous pour nous deux. Il m'a dit que c'était dernière lui et moi aussi à partir d'aujourd'hui. Nous avons fait la paix. à la lecture de ton message, je réalise que ce collègue ressemble à mon père.

  • France
    4 septembre 2019 Répondre

    Et comment guérir les blessures d'avoir eu un père incestueux en très bas âge de 5ans à 13 ans ... Et plus car les gestes le regard le mental .... Comme si on n avait en nous quelque chose de pas normal ...se fameux sentiment que l on n'est pas comme les autres ..... J ai 50 ans et jme demande si un jour jva trouver paix intérieur

    • Quintessence Santé
      4 septembre 2019 Répondre

      Je comprend votre souffrance ! Les abus crées des blessures profondes, surtout venant d'une personne qui devrait prendre soin de nous. Tentez d'accepter en conscientisant que votre père était un homme très souffrant et malade pour agir ainsi, réaliser que votre intégrité ne peut vous être redonnée que par vous même...pas par lui ou une autre personne. Notre intégrité profonde vit en nous, n'est qu'à nous. Envoyer beaucoup d'amour à votre corps, votre âme. Faites vous des bandages d'amour de vous à vous. C'est un grand saut quantique à faire. Sortir de la souffrance innommable, poser un regard aimant sur soi même, se prendre dans nos bras et se dire, c'est terminer. Cette période est terminer. Maintenant, j'avance en amour avec moi et je serai pour moi le père dont j'ai besoin. Je vais prendre soin de moi, me protéger et m'aimer inconditionnellement. Un jour à la fois... avec patience, s'accompagner. Les outils à la fin du texte pourront aussi vous aider ! Bon chemin de retour vers votre intégrité. Plein d'amour vers vous. Louisane

  • Diane Coutellier
    4 septembre 2019 Répondre

    L’enfance idéale que nous aurions voulu avoir n’est plus. Les sévices que nous avons subis reviennent nous hanter dans des situations du présent tant que nous n’aurons pas pris soin de ces besoins d’amour que nous pouvons maintenant nous donner à nous-mêmes. Longtemps la souffrance m’a accompagnée, tant que je n’ai pas pris ma juste place, tant que j’ai laissé les autres embarquer dans mes souliers par peur de déplaire, comme je faisais avec mon père quand j’étais petite; pour être aimée. Aujourd’hui, je suis sortie de l’état d’impuissance et d’attentes, je suis entrée dans mon Yang, dans le respect et l’affirmation de mes besoins, et dans mon Yin, en développant en priorité de la bienveillance et de l’amour pour moi. Je dis OUI à moi en premier!

Laisser un commentaire